Préservation des terres agricoles sur le plateau de Saclay ou urbanisation ? Il faut conserver 2500 hectares sur le Plateau de Saclay !

Actuellement 2680 hectares sont cultivés sur le plateau de Saclay.

L’urbanisation prévue par le Grand Paris et le plan campus doit toutefois garantir la préservation d’un minimum de 2300 hectares de surfaces agricoles, sur le plateau de Saclay dans le périmètre de l’opération d’intérêt national.

Le Conseil d’administration de l’Etablissement Public Paris-Saclay (EPPS) vient d’adopter le 4 juillet un périmètre de protection de 2300 hectares environ.

Or ces 2300 hectares, minimum prévu par la loi, ne permettent pas de conserver les terres fertiles au nord ouest, à la Minière près de Guyancourt, et au sud est du plateau, l’exploitation d’une jeune agricultrice en cours d’installation.

Le chiffre de 2300 hectares ne suffit donc pas si l’on veut empêcher le sacrifice de ces deux zones, si l’on veut réellement conserver sur le Plateau de Saclay une agriculture viable et engager un projet de développement économique d’avenir, celui de l’agriculture de proximité et des circuits courts.

Les associations du territoire estiment nécessaire de conserver 2500 hectares de surfaces agricoles utiles sur le plateau de Saclay pour maintenir l’activité agricole sur ces deux zones menacées, et plus globalement pour la viabilité de l’agriculture du plateau.

Le groupe Europe Ecologie les Verts « Plaine de Versailles-Plateau de Saclay »

  • soutient la demande des associations du territoire de préserver 2500 hectares en surfaces agricoles
  • demande à l’EPPS de revoir sa proposition et de porter à 2500 hectares de terres agricoles le périmètre protégé sur le plateau de Saclay.

Au cours de l’été différentes instances officielles seront sollicitées pour avis, puis une enquête publique se déroulera à l’automne.

Après le pique-nique début juillet sur les terres menacées à la Minière, Europe Ecologie Les Verts Plaine de Versailles-Plateau de Saclay entend poursuivre la mobilisation, aux côtés des habitants et des élus.

Remonter