Des cendres renaît un arbre : l’urne Bios

Souhaiteriez-vous, le jour venu, pouvoir renaître de vos cendres sous la forme d’un arbre, dans un beau jardin fleuri ? Rien de plus facile aujourd’hui, grâce à Bios Urn, une urne funéraire biodégradable, idéale pour tous ceux qui croient qu’après un décès, il est possible de se réincarner en plante…

On doit cette idée originale à un designer espagnol, Martin Azua, qui a conçu son objet à base de noix de coco, de tourbe compactée et de cellulose. Le vase spécial contient les graines d’un arbre qui commencera à germer une fois l’intérieur du récipient décomposé. L’urne peut bien sûr être enterrée où bon vous semble, et personnalisée avec les graines préférées du ‘défunt’.

L’idée de nourrir la terre de ses cendres peut sembler certes macabre mais il faut plutôt le voir comme une sorte de processus réintégrant l’homme dans le cycle de la vie qui lui appartient, celui de la nature, à travers un rituel laïc de régénération totale. La frontière entre le sacré et le profane n’a jamais été aussi subtile.

Pour votre information, en France l’urne avec une graine d’arbre est légale (Art. L. 2223-18-2), ainsi que la dispersion des cendres en pleine nature (Art. L. 2223-18-3).

A la demande de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles, les cendres sont en leur totalité :

– soit conservées dans l’urne cinéraire, qui peut être inhumée dans une sépulture ou déposée dans une case de columbarium ou scellée sur un monument funéraire à l’intérieur d’un cimetière ou d’un site cinéraire visé à l’article L. 2223-40 ;

– soit dispersées dans un espace aménagé à cet effet d’un cimetière ou d’un site cinéraire visé à l’article L. 2223-40 ;

– soit dispersées en pleine nature, sauf sur les voies publiques.

En cas de dispersion des cendres en pleine nature, la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles en fait la déclaration à la mairie de la commune du lieu de naissance du défunt. L’identité du défunt ainsi que la date et le lieu de dispersion de ses cendres sont inscrits sur un registre créé à cet effet.

Sources : tout vert – Anne-Sophie

Remonter